The roof is on fire

Avant, j’étais très intransigeant en ce qui concerne la concurrence. Tu adorais d’autres dieux que moi, je me mettais immédiatement en colère. Je me souviens d’une anecdote désopilante à propos d’un veau d’or… enfin, vous retrouverez ça dans mon bouquin, qui est en vente dans toutes les bonnes librairies.

Mais je me suis un peu assoupli, depuis. La concurrence, c’est sain pour le commerce, ça permet aussi de voir comment font les autres, de s’inspirer. Et puis bon, ça fait plus de partenaires pour le ping-pong, aussi. C’est plus sympa, on se fait des soirées, des pics-nics, on s’échange des prophètes… Comme le dit souvent Thor dans son langage imagé, « on n’a pas le même maillot, mais on a la même passion ».

L’autre jour, justement, alors que j’avais décidé d’aller me ressourcer à Athènes (les Zeus m’en parlent tout le temps (on envisage même de racheter le pays prochainement pour en faire un grand parc d’attractions) et puis moi, j’aime bien tout ce qui est pope culture), j’ai reçu un appel sur mon auréole. C’était Mahomet. Coup de chance, d’ailleurs, qu’il ait pu m’atteindre, parce que depuis que le Nouveau m’a installé la mise à jour, elle est déchargée toutes les deux heures. Mais j’ai une super application pour la faire clignoter dans la nuit.

Enfin revenons-en à nos moutons. Mahomet m’appelle, il voulait me demander mon avis sur un truc :

- On vient de me proposer un job, rédacteur en chef d’un journal. »

- C’est bien payé ? »

- Tu ramènes toujours tout au fric, toi ! Bah j’ai demandé le tarif habituel, 40 vierges. »

- Ils ont accepté ? »

- Ouais, ils ont dit qu’ils trouveraient sûrement ça aux manifs contre la christianophobie. »

Bon, je vous refais pas tout le dialogue, mais en gros, il s’inquiétait un peu, rédacteur en chef d’un journal d’humour français, il était pas sûr de bien être capable. Je l’ai rassuré :

- Alors un rédacteur en chef, son boulot principal, c’est d’élever la voix quand les articles arrivent en retard. »

- Ah oui, je vois un peu, comme un genre de muezzin ? »

- Et l’humour français, ça consiste essentiellement à se moquer du physique des hommes politiques. »

Quand il a raccroché, il avait l’air très enthousiaste. Il est comme ça, toujours prompt à s’enflammer. J’espère que ça s’est bien passé, son histoire.

 

À propos de dieumaurice

Je n'aime pas les pommes
Cette entrée a été publiée dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien.

5 réponses à The roof is on fire

  1. mlle-cassis dit :

    C’est vrai ça, la gamine Bruni-Sarkosy, on espère tous qu’elle ressemblera plus à maman qu’à papa (la pauvre). Déjà qu’elle devra partager son anniversaire avec Robert Hue… M’enfin, avec un peu de chance elle sera forte en gym et ses copains l’encourageront: "allez, Giulia!"

  2. mlle-cassis dit :

    (j’ai méchamment foiré l’orthographe du père, quand même)

  3. Pingback: The roof is on fire – by Dieu | Oh les girls : une semaine sur la blogosphère

  4. vallec dit :

    Pas de doute, il a mis le feu, ton pote le prophète…

  5. alainx dit :

    Je débarque par hasard dans ce petit paradis…
    Pas de doute, je reviendrai !

Lâche tes coms et tu seras sauvé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s