Sur la route toute la sainte journée

Le Nouveau a absolument tenu à me prêter (j’ai essayé de lui parler de ce concept de charité qu’on avait eu tellement de mal à mettre en place mais rien à faire, il refuse de prononcer le mot « donner ») un de ses téléphones pour mon séjour en bas. Je me rends bien compte que si en ce moment, vous êtes prêts à adorer le premier venu, qu’il soit chanteur, acteur ou même vendeur de pommes, c’est peut-être aussi parce que j’ai un peu délaissé le côté commercial, mais sérieusement… Ce n’est pas de la jalousie, hein, c’est juste que si je vous avais fait une batterie qui se décharge toutes les cinq minutes et une licence d’utilisation à renouveler au moins aussi souvent, mon affaire n’aurait jamais marché.

Enfin bon. Pour lui faire plaisir, j’ai embarqué son truc dans mon sac à dos et je suis descendu. A ce propos. Techniquement, physiquement, mon aspect dépend toujours un peu de comment vous me voyez, mais si vous pouviez arrêter avec cette barbe ? ça me gratte, et puis St-Tropez, mon conseiller en image, me dit que ça fait un peu trop hipster.

Pour commencer, j’ai décidé d’aller à Rome. Mon pape me fout un peu la trouille, mais il paraît que c’est joli en cette saison.

J’ai donc débarqué au Vatican, parce que techniquement, c’est un peu chez moi. J’ai hélé un garde suisse. Les langues, j’ai toujours maîtrisé. C’est quand même moi qui les ai inventées, avec le coup de la tour de Babel. On se marrait, en ce temps-là. Les hommes construisaient une tour, ça me plaisait pas ? j’inventais les langues et hop, on n’en parlait plus. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est toujours dans le bâtiment qu’on trouve le plus de langues différentes, ce n’est pas un hasard. Je n’ai rien contre les idées modernes du Petit, ça nous a aidés à nous repositionner sur le marché en son temps, n’empêche qu’aujourd’hui, des tours, il y en a un peu partout et qu’on ne peut rien y faire.

Mais je m’égare. Revenons à nos moutons. Je disais que même si j’avais toujours maîtrisé les langues, le suisse allemand, j’avais jamais bien accroché. Le type, en tout cas, quand je lui ai dit « Bonjour, vous me reconnaissez ? Je suis le patron ! Conduisez-moi à votre pape et préparez-moi un bain chaud, je vous prie », il a pas eu l’air de comprendre. Résultat, il m’a barré la route. Et comme ça fait longtemps que je n’ai plus déclenché de pluie de fléaux, j’ai peur d’être un peu rouillé. Du coup, je me suis dit que j’y retournerai le lendemain, à tête reposée, et que j’allais chercher un endroit où passer la nuit. Eh bien, figurez-vous que c’est très dur de trouver une étable de libre à Rome en cette saison !

A propos dieumaurice

Je n'aime pas les pommes
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Sur la route toute la sainte journée

  1. wilmo dit :

    fallait lui faire cadeau du téléphone à la pomme, au garde suisse…

  2. Lou Mademoiselle dit :

    Yeaaaaaaaaah God is back!!!

  3. TT02 dit :

    T’as raison de vouloir faire disparaître cette barbe, c’est bon pour le père Noel ça !

Lâche tes coms et tu seras sauvé

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s